Visuel-FR-3.png

« Le label ISR pour l’immobilier est important car il nous semble indispensable de simplifier la lecture des démarches ESG des fonds »

Cette semaine, retrouvez dans Chroniques Urbaines™ une interview de Anne-Claire Barberi, Responsable RSE et Innovation chez PERIAL, afin de nous présenter la vision de l’entreprise sur la sortie prochaine du label ISR immobilier
 

Green Soluce : Le label ISR immobilier se fait attendre, pourquoi est-il important pour la place ?

Anne-Claire Barberi : Tout d’abord, PERIAL est partie prenante du groupe de travail de l’ASPIM dédié au label ISR pour l’immobilier. Nos équipes travaillent depuis plus de deux ans sur ce label et donc nous avons hâte qu’il soit rendu public.

Ce label est important car il nous semble indispensable de simplifier la lecture des démarches ESG des fonds à la fois pour les épargnants, pour les investisseurs mais aussi pour l’ensemble des acteurs de la place. Aujourd’hui, de nombreux termes liés à des démarches dites « responsables » fleurissent (« green », « à impact », etc.) et témoignent d’une réalité très hétérogène et qui peut parfois cacher certaines faiblesses.

Sur ces sujets, PERIAL fait partie des acteurs pionniers. En 2009, PERIAL a créé le fonds PFO2, première SCPI plaçant une démarche environnementale au cœur de sa stratégie d’investissement et de gestion. Depuis, les pratiques ont évolué en France et à l’international et de nombreux fonds sont engagés dans des démarches ESG. Des labels existent (pour les valeurs mobilières) pour donner un cadre de langage commun ; il est temps de l’étendre aux fonds immobiliers.

Et d’ailleurs l’AMF l’a bien compris, en témoigne sa dernière doctrine sur la finance durable en matière d’information des investisseurs. Etant donné l’hétérogénéité entre les démarches ESG communiquées qui utilisent des terminologies semblables pour des réalités très diverses, l’AMF souhaite s’assurer du caractère clair, exact et non trompeur des informations transmises aux investisseurs. Le label ISR pour l’immobilier répond à ce besoin de transparence et d’homogénéité des pratiques par les sociétés de gestion.
 

GS : Quelles sont vos attentes par rapport à ce label ?

ACB : Il y a tout d’abord une volonté de pouvoir, à terme, se comparer plus facilement – entre les actifs d’un patrimoine et également entre différentes sociétés de gestion. Aujourd’hui, chaque société de gestion définit ses propres méthodologies et outils (même si fondés sur des définitions de plus en plus communes). Le label ISR permet de créer les bases d’un langage commun pour les démarches ESG, tout en laissant une marge de flexibilité permettant de couvrir des fonds immobiliers divers.

A l’échelle de PERIAL, nous souhaitons premièrement que le label ISR récompense notre stratégie d’investissement responsable. Cela fait plus de dix ans que nous l’élaborons et l’améliorons en continu dans le cadre du fonds PFO2, et que nous attachons aussi à la déployer sur nos autres fonds. Nous souhaitons également pouvoir expliquer plus simplement notre expertise auprès de nos interlocuteurs, notamment de nos clients. Disposer de la reconnaissance d’un label, c’est pouvoir mettre en avant une démarche plus claire et plus robuste car vérifiée par un tiers indépendant.

Nous sommes familiers avec ces démarches de certification et de labellisation. Chez PERIAL, nous utilisons ces outils à plusieurs échelles : pour les actifs en exploitation gérés par PERIAL Asset Management, pour les opérations de construction neuve et de rénovation pilotées par PERIAL Développement et à l’échelle de la société de gestion elle-même qui est certifiée ISO 50 001 pour la méthodologie de gestion de l’énergie appliquée à PFO2. Le label ISR nous permettra de rendre visible nos expertises, d’avoir un pilotage fin et de continuer à mieux connaître nos actifs.

Enfin, il y a une volonté de continuer à s’améliorer. Dans le cadre du label ISR, il sera nécessaire de noter et d’évaluer les actifs selon des critères ESG mais également d’améliorer les actifs ou poches d’actifs qui auraient une note inférieure à un seuil minimal. Cela nous oblige à prendre conscience qu’il faut améliorer certains actifs plus rapidement que d’autres, et à définir des priorités au sein du patrimoine.  Ce qui permet d’améliorer encore et toujours nos stratégies d’investissement et de gestion sur l’ensemble de nos fonds.
 

GS : Travaillez-vous déjà à anticiper le label ?

ACB : PERIAL a participé à la structuration du label ISR pour l’immobilier au sein du groupe de travail de l’ASPIM. De facto, tous nos fonds sont engagés dans cette démarche d’investissement responsable. Nous avons publié en fin d’année dernière un livret dans lequel nous expliquons comment nous avons créé cette démarche et quels outils sont à notre disposition – comme notre grille d’analyse qui nous permet d’évaluer chaque actif dès sa phase de pré-acquisition.

Pour ce qui est de l’obtention du label, nous souhaitons privilégier le fonds PFO2 car cela fait sens au niveau des engagements du fonds ; et le défi est grand car il comporte près de 200 actifs. Un travail important est en cours pour aligner le fonds sur les exigences du label : système de notation et de tri des actifs, définition de note seuil et plans d’actions d’amélioration des actifs best-in-progress… Ce travail nous permet d’envisager plus sereinement une labellisation prochaine de PFO2 et de s’en servir pour considérer une labellisation de nos autres fonds en industrialisant notre méthodologie et nos outils.
 

GS : Quels autres outils seront essentiels pour réussir la transition environnementale et sociétale de la finance en immobilier ?

ACB : Je suis convaincue qu’il faut des éléments de preuve qui montrent la corrélation forte entre la performance financière et la performance ESG. Je pense que tout le travail autour du label ISR et de la compréhension des enjeux ESG est essentiel à cet égard également. Si la performance ESG n’arrive pas à dialoguer simplement avec la performance financière, dans le temps nous risquons de perdre l’intérêt de la place de travailler sur ces sujets. Or l’objectif est bien d’embarquer l’ensemble de nos parties prenantes.

 

 

Interview retranscrite par Constance Flachaire pour Chroniques UrbainesTM.

Pour plus d’informations sur l’immobilier et la ville agile de demain, prenez contact avec Green Soluce et découvrez nos offres de services ici.

Green Soluce« Le label ISR pour l’immobilier est important car il nous semble indispensable de simplifier la lecture des démarches ESG des fonds »
Share this post