ItwSoraya.png

« L’acte de construire nécessite les compétences d’une multitude d’acteurs. »

Cette semaine, découvrez les coulisses du hackathon RSE de SOGEPROM au travers d’une interview de Soraya Terki-Hassaine, Directrice Conception et Usages chez SOGEPROM qui revient sur la valeur ajoutée de ce format d’atelier et les moments forts du hackathon.

1 – Pourquoi avoir réalisé un hackathon ?

Caroline Fortier, Directrice Générale de SOGEPROM, est à l’initiative du hackathon RSE organisé en début d’année 2020. Lors de sa prise de fonction à l’automne 2018, elle a déployé la stratégie UP (Utiles & Performants) dont un des axes majeurs est de faire de SOGEPROM un promoteur responsable par le biais d’une forte démarche RSE. L’objectif du hackathon RSE était de collaborer avec des parties prenantes de l’immobilier afin de faire émerger des solutions avec les divers acteurs experts sur la problématique : « Qu’est-ce qu’un promoteur responsable au service de l’innovation utile au sein d’un groupe bancaire tel que la Société Générale ? »

2 – Pourquoi avoir choisi Green Soluce pour réaliser ce hackathon ?

Green Soluce était connu de SOGEPROM bien avant le hackathon. Caroline Fortier et moi-même avons les mêmes lectures et nous suivons régulièrement, comme beaucoup, leurs Chroniques Urbaines qui font partie de nos lectures inspirantes. Par ailleurs, Green Soluce connait bien l’écosystème de la RSE et est habitué à collaborer avec de grands groupes comme Société Générale. De plus, nous avions déjà travaillé avec Green Soluce qui a accompagné SOGEPROM pour l’obtention de la certification WELL niveau platinum pour son siège, Ampère e+, à la fin de l’année 2018. Enfin, nous savions qu’il était possible de mettre en place une méthode collaborative en co-construction avec Green Soluce.

3 – Pour quelle raison avoir mobilisé des parties prenantes externes ?

L’acte de construire nécessite les compétences d’une multitude d’acteurs. Au sein de SOGEPROM, nous avons une partie de ces expertises mais il reste nécessaire de s’entourer de ressources complémentaires pour que ce sujet soit abordé de façon globale en intégrant le plus d’expertises possibles. Nos projets sont le fruit de la collaboration entre sociologues, urbanistes, architectes, ingénieurs, experts de l’environnement, de la finance et du droit ainsi que d’investisseurs. Nous souhaitions former un groupe équilibré entre ces parties prenantes externes et les collaborateurs de SOGEPROM qui comprenaient, entre autres, les ressources humaines, le service juridique et technique, les chefs de projets et directeurs de régions. L’objectif était de n’oublier personne pour n’oublier aucun aspect.

4 – Quelle est la plus grande réussite du hackathon ?

Selon nous, la grande réussite de ce hackathon est la richesse des résultats obtenus qui n’a été possible que par la diversité des compétences présentes. Cette richesse a permis d’apporter 600 propositions aux différents enjeux. La journée a été intense mais les participants étaient d’un enthousiasme remarquable et pleinement impliqués. Chacun s’est retrouvé dans le projet en apportant ses connaissances et ses idées, tout en gardant une vision globale qui intégrait les avis de tous. Il nous a fallu ensuite mettre en lien les 600 propositions afin d’en identifier l’essentiel. Beaucoup étaient liées à la mixité qui est un sujet très actuel avec la crise du Covid-19 que nous vivons en ce moment. De nombreuses solutions portaient également sur la sobriété et la pérennité du bâti qui se trouvent aussi être des enjeux grandissants. La grande valeur ajoutée de ce hackathon était d’allier ouverture d’esprit et curiosité, en étonnante anticipation avec le contexte d’aujourd’hui.

5 – Quelles sont désormais les prochaines étapes pour vous ?

Le contexte actuel nous oblige à accélérer le processus. Nous travaillons sur trois piliers : la mixité, la sobriété et l’ouverture, qui serviront de cadre pour mettre en place nos actions de demain. Notre vision de la RSE et la pertinence des idées issues du hackathon sont renforcées par le contexte de crise actuel. Par exemple, avoir un espace extérieur dans un logement peut devenir essentiel et sous-tend l’enjeu du verdissement du bâti.

6 – Un mot de la fin ?

Je suis dans l’attente de voir la réalité de la reprise. Je souhaite que nous gardions en tête la fragilité du monde et de notre environnement.

Green Soluce vous accompagne dans votre démarche d’ateliers d’innovation, de prospection et de co-construction, grâce à des outils clairs et éprouvés auprès d’acteurs majeurs de la chaîne de valeur immobilière. Contactez-nous pour échangez sur vos besoins et nos solutions !

Green Soluce« L’acte de construire nécessite les compétences d’une multitude d’acteurs. »
Share this post