rafael-de-nadai-481719-unsplash-e1557383166787.jpg

Quels sont les 3 grands enjeux de la résilience climatique des villes ?

Les zones urbaines doivent actuellement composer avec de nouveaux enjeux climatiques dont les impacts peuvent être particulièrement importants, notamment sur la santé des usagers, l’économie et le patrimoine immobilier. Quels sont-ils ?

Le phénomène d’îlot de chaleur urbain, une menace pour la santé des citadins et l’économie mondiale

Dans les années 1950, en raison d’un besoin urgent de logements, l’habitat s’est densifié et des routes en asphalte ont été créées afin de favoriser la desserte des logements par les véhicules motorisés. Toutes ces surfaces (toiture, façade, voirie) interceptent aujourd’hui les rayons du soleil en journée et les restituent sous forme de chaleur la nuit. Plus les rues sont étroites et bordées de hauts murs, plus la chaleur se dissipe lentement. En effet, cette forme urbaine « en canyon » réverbère et piège les rayons solaires. Dans cette configuration, la chaleur de la canopée urbaine est coincée sous une couche d’air frais qui se forme sur les toits des bâtiments, ce qui créé des « Ilots de Chaleur Urbain ». Les zones urbaines ne parviennent alors plus à se refroidir la nuit et les températures peuvent être jusqu’à 10°C plus élevées qu’en zone rurale !

A la fin du XXIème siècle à Paris, Météo France estime que le nombre de vigilances canicules augmentera rapidement, ce qui favorisera le phénomène d’îlot de chaleur urbain. A l’instar des épisodes de froid, les canicules et les vagues de chaleur représentent un réel danger pour la santé des citadins mais aussi pour l’économie du pays. La fréquence des journées chaudes va exacerber le phénomène d’îlot de chaleur urbain et corrélativement la pollution de l’air et le taux de mortalité. Ces épisodes pourront engendrer l’incapacité de travailler en extérieur, des pannes d’électricité ou des sécheresses, ce qui affectera l’économie.

Une consommation d’énergie croissante pour assurer le confort thermique des habitants

En lien direct avec le premier enjeu, les zones urbaines feront face à une demande croissante d’énergie pour alimenter les systèmes de climatisation, notamment dans les régions méditerranéennes de l’Europe. Dans les pays en développement rapide comme la Chine ou la Thaïlande qui ressentent déjà les effets du réchauffement climatique, le nombre d’appareils climatiseurs risque de tripler avec l’augmentation du pouvoir d’achat d’après l’Agence Internationale de l’Energie (AIE).

Ce scenario pourrait être catastrophique : Avec 5,6 milliards d’appareils estimés en 2050 dans le monde entier, les climatiseurs consommeront autant d’énergie que la demande en électricité de la Chine et deviendront l’un des principaux moteurs de la demande mondiale d’électricité. Ces systèmes, qui consomment une énergie bien plus importante que les appareils électroménagers classiques, entraineront une hausse sans précédent des gaz à effets de serre.

L’AIE appelle à rompre ce paradoxe du climatiseur qui, en refroidissant l’intérieur des habitations, réchauffe l’extérieur : Les décideurs doivent optimiser la demande en énergie des bâtiments afin de réduire leur empreinte carbone à différentes échelles.

Le retrait-gonflement des argiles, un risque naturel menaçant le patrimoine immobilier

Le retrait-gonflement des argiles est un risque naturel étroitement lié aux conditions météorologiques et notamment aux précipitations et aux sécheresses qui vont s’intensifier avec le changement climatique. Lorsque la teneur en eau augmente dans un sol argileux, on assiste à une augmentation du volume du sol appelée gonflement. A l’inverse, lors d’une sécheresse, le déficit en eau entraine le retrait par assèchement du sol argileux, qui se manifeste par un tassement vertical ainsi que l’apparition de fissures dans le sol.

Ce phénomène de retrait-gonflement, considéré depuis 1982 comme catastrophe naturelle, peut avoir des conséquences sérieuses sur le patrimoine immobilier. En effet, l’eau contenue dans le sol situé sous un bâtiment ne peut pas s’évaporer. De fortes différences en teneur en eau vont donc apparaitre lors de variations de température à l’interface entre le sol protégé et le sol exposé à l’évaporation. Ceci va provoquer des mouvements de sol (la modification de la consistance de l’argile s’accompagnant de variations de volume) se traduisant par des fissurations en façade.

Le phénomène de retrait-gonflement peut avoir des conséquences graves sur le patrimoine immobilier. Crédits : Graphies/MEDD-DPPR.

Les maisons individuelles sont les principales victimes de ce phénomène de par leur structure peu rigide et l’absence d’étude géotechnique préalable à la construction. En l’espace de 20 ans, ce risque naturel est devenu en France la deuxième cause d’indemnisation derrière les inondations1 : depuis 1989, plusieurs centaines de milliers de maisons ont été sinistrées sur l’ensemble de la France en lien avec le phénomène de retrait-gonflement des argiles.

Ainsi, le phénomène d’îlot de chaleur urbain, la demande croissante en énergie et le retrait-gonflement des argiles sont trois enjeux de résilience climatique auxquels font face les zones urbaines. Les systèmes interconnectés des villes actuelles entrainent, de plus, une grande interdépendance de tous ces impacts, rendant plus difficile l’organisation de la résilience à l’échelle de la ville. Pour répondre à ce contexte climatique inédit et permettre aux acteurs de la ville d’élaborer une stratégie pragmatique, Green Soluce a développé un outil inédit et spécifique au secteur de l’immobilier dédié à l’analyse et à la gestion du risque climat.

[1] d’après georisques.gouv.fr

 

Si vous souhaitez revivre en vidéo la première conférence sur le risque climat et l’immobilier conçue et organisée par Green Soluce, cliquez sur ce lien : https://www.youtube.com/watch?v=BoPJa5UEqk8&amp=&feature=youtu.be

Article pensé et rédigé par Lucille Christien pour Chroniques Urbaines™

Pour plus d’informations sur l’immobilier et la ville agiles de demain, prenez contact avec Green Soluce et découvrez nos offres de services ici.

Green SoluceQuels sont les 3 grands enjeux de la résilience climatique des villes ?
Share this post