Visuel-article-7.png

Première rencontre avec Luc Monteil et Pierre Darmet, Président et Secrétaire du CIBI

Dans un rapport sur la question de la biodiversité publié le 6 mai dernier, 150 experts de l’IPBES sonnent l’alarme : environ un million d’espèces végétales et animales sont menacées d’extinction.

Pour ce premier rendez-vous de la saison 8 des Chroniques Urbaines spéciale « Biodiversité », nous avons rencontré deux membres fondateurs du CIBI (Conseil International Biodiversité et Immobilier), Luc Monteil, Président du CIBI, et Pierre Darmet, Secrétaire du CIBI.

Lors de cet entretien croisé, nous avons évoqué la situation actuelle de la biodiversité dans le monde ainsi que les différents rôles du CIBI en matière de biodiversité urbaine.

Green Soluce : Quels constats faites-vous sur la prise en compte de la question de la biodiversité dans notre société ?

Luc Monteil : Nous sommes actuellement face à un paradoxe : nous avons tous conscience, notamment grâce aux médias, que la biodiversité est en difficulté à l’échelle mondiale et que l’érosion est une menace importante pour l’humanité. Pourtant, la biodiversité reste inaudible dans le discours général autour de la préservation de la planète. Ainsi, la biodiversité en ville a été jusqu’à présent oubliée et apparaît très peu dans les référentiels et les outils d’animation du progrès qui participe à la construction d’une ville plus durable. Concrètement, ces outils, dont notamment les certifications environnementales classiques, n’accordent qu’une place limitée au sujet de la nature et leurs effets sont parfois contraires à l’objectif de créer du potentiel de développement spontané de la biodiversité autour du bâti.

Pierre Darmet : Les acteurs de la ville sont généralement issus de formations où la mesure de la performance fait appel à des indicateurs uniques, bien circonscrits, à l’image de l’énergie. Le vivant se distingue par sa grande variabilité et son caractère systémique, qui impose une grande humilité face aux aléas. On ne mesure pas une performance écologique, mais un potentiel, directement influencé par l’environnement local. Le terme biodiversité est relativement récent – 1988 – et peu compris. Cependant, la nature et le vivant sont des termes qui sont en train de s’imposer dans le champ lexical du grand public et de l’immobilier. Le CIBI a été interviewé en mars dernier dans un numéro spécial de Business Immo consacré au vivant dans l’immobilier, ce qui est révélateur du fait qu’une bascule s’opère actuellement et que le sujet de la biodiversité arrive enfin dans le secteur de l’immobilier.

Green Soluce : Vous êtes à l’initiative de la création du Conseil International Biodiversité et Immobilier (CIBI). Pourquoi avoir créé le CIBI ?

Luc Monteil : Face à ces constats, et sur une idée originale d’Olivier Lemoine, Chef de service Biodiversité chez ELAN, nous avons commencé à murir l’idée d’un référentiel dédié à la biodiversité. Courant 2012, l’idée de créer une association est venue naturellement, sous l’impulsion de Gecina, d’autres promoteurs, praticiens et experts, à la fois des entreprises et des intuitu personae pionniers de la prise en compte de ce sujet, dont Les Jardins de Gally, la LPO, le groupe Caisse des dépots, qui souhaitaient concrétiser leurs engagements et leurs efforts pour préserver la biodiversité. Le CIBI a donc créé le label BiodiverCity® et lancé son association fin 2013.

Green Soluce : Quelles sont les missions du CIBI ?

Pierre Darmet : Le CIBI contribue au développement de la culture des professionnels sur la thématique de la biodiversité dans le but de passer d’un mouvement pionnier à une mobilisation générale de tous les acteurs. Son objet est de développer la biodiversité urbaine, en particulier le lien Homme-Nature. Il s’agit de répondre à ce que les scientifiques appellent « l’extinction de l’expérience de nature », responsable de notre apathie environnementale au sens large : « moins on vit connecté à la nature, moins on la protège ». Afin d’accélérer la prise en compte de la biodiversité dans les projets urbains, le CIBI rapproche les scientifiques et les solutions techniques opérationnelles pour l’introduction dans la formation académique de termes comme « infrastructure verte », qui rejoint le concept de Trame verte et bleue, pour que la biodiversité ne soit plus accessoire, supplémentaire ou un faire-valoir dans le discours des acteurs mais devienne une infrastructure au sens technique du terme.

Luc Monteil : L’action du CIBI se décline selon deux niveaux qui sont tous deux très importants :

–          Le premier est de promouvoir l’outil BiodiverCity®, label dédié à la protection et à la valorisation de la biodiversité

–          Le deuxième niveau consiste à créer un lieu d’échanges entre les acteurs de la ville (foncières, architectes, constructeurs, maitres d’ouvrages), et les acteurs de la nouvelle filière du vivant en ville.

Depuis plusieurs années, des acteurs du monde universitaire scientifique et de la recherche se mobilisent sur les questions de biodiversité et produisent des publications, des outils et des guides pour intégrer la biodiversité dans les projets urbains. La documentation disponible sur la thématique est conséquente mais ne trouve pas d’échos dans l’univers professionnel. Le CIBI, en faisant dialoguer ces chercheurs avec les entreprises, a vocation à apporter son aide pour la traduction des publications scientifiques en outils pratiques et pour engager certaines recherches à long terme, par exemple sur la biophilie, l’évapotranspiration ou l’apport du vivant sur la résilience de la ville face au changement climatique.

Ne ratez pas la suite de cette interview dans le prochain épisode de Chroniques UrbainesTM pour découvrir comment intégrer la biodiversité dans les projets urbains !

Propos récoltés et retranscris par François Aze et Lucille Christien pour Chroniques UrbainesTM  

Pour plus d’informations sur l’immobilier et la ville agile de demain, prenez contact avec Green Soluce et découvrez nos offres de services ici.

Green SolucePremière rencontre avec Luc Monteil et Pierre Darmet, Président et Secrétaire du CIBI
Share this post