ImageVF-e1550658570601.png

Entretien exclusif avec Eléonore Devaud, Directrice RSE d’Altarea Cogedim

« Notre vision de la ville de demain : c’est une ville dense avec beaucoup de proximité et de mixité qui répond à l’enjeu du bas carbone. »

Pour l’épisode 8 de la saison 5 des Chroniques Urbaines™ sur le thème « RSE & Immobilier », Chroniques Urbaines™ a interviewé en exclusivité Eléonore Devaud, Directrice RSE d’Altarea Cogedim. Le renouvellement urbain en zone dense, la certification comme outil de sensibilisation ou les leviers de réduction de l’empreinte carbone, découvrez cette semaine les enjeux au cœur de la démarche RSE d’Altarea Cogedim.

Green Soluce : Altarea Cogedim est un acteur reconnu pour ses engagements en faveur du développement durable. Comment avez-vous élaboré votre démarche RSE fondée sur les trois axes : Clients, Villes et Talents ?

Eléonore Devaud : Il y a deux ans nous avons fait un véritable travail de fond pour refaire notre matrice de matérialité afin de déterminer nos enjeux RSE les plus pertinents. Nous avons travaillé avec une quinzaine de parties prenantes externes (architectes, investisseurs…) et avec des représentants des métiers en interne. Notre objectif était d’aboutir une démarche RSE qui ne soit pas une démarche RSE à part, mais directement associée aux ambitions et à la stratégie du Groupe. D’ailleurs, vous pouvez le constater au travers de l’approche de notre rapport annuel qui est un rapport intégré : il reprend totalement les enjeux RSE liés aux Clients, à la Ville et aux Talents.

Green Soluce : Comment avec-vous déployé opérationnellement vos engagements ? 

Eléonore Devaud : Altarea Cogedim regroupe tous les métiers de l’immobilier ce qui rend complexe la déclinaison d’objectifs et d’engagements. Mais nous avons réalisé un travail collégial avec les équipes pour nous assurer que nos engagements sont ancrés dans la réalité et trouvent une déclinaison opérationnelle concrète.

« L’approche Altarea Cogedim repose sur l’action pragmatique en lien avec les équipes plutôt que la production d’objectifs en chambre qui ne correspondraient pas à la réalité du terrain. »

Green Soluce : Le climat est un enjeu devenu central, pour l’économie et pour le secteur de l’immobilier. Comment avez-vous abordé spécifiquement cet enjeu ?

Eléonore Devaud : Nous avons en premier lieu mesuré notre empreinte carbone poste par poste avant de travailler sur des axes de réduction. Nous nous sommes alors rendu compte que nos scopes 1 et 2 étaient très faibles car liés principalement à ds activités de bureaux ou à des consommations d’énergie faiblement carbonée dans nos actifs.

Nous avons, par contre, un levier d’action très fort pour concevoir une ville bas carbone qui permette à chacun des usagers de la ville de réduire sa propre empreinte (transport, consommation de son logements, etc.)

Pour réduire notre empreinte directe, nous avons pris l’engagement de diminuer de 70% nos émissions de CO2  entre 2010 et 2020 sur nos actifs (centres commerciaux). En 2017, nous étions à -57% et nous sommes sur la bonne pente pour atteindre notre objectif final.

Concernant nos émissions indirectes élargies, nos trois postes principaux d’émissions sont : les transports des personnes qui viennent dans les immeubles, les matières utilisées pour la construction et l’énergie consommée par les utilisateurs. Pour réduire notre empreinte indirecte, nos choix de conception sont donc des leviers très forts :

  • Sur les transports, nous développons des projets urbains bien connectés aux transports publics. Ainsi, 99% de nos logements et 100% de nos bureaux sont à moins de 500m des transports en commun.

 « Notre vision de la ville de demain, c’est une ville dense avec beaucoup de proximité et de mixité, qui répond à l’enjeu du bas carbone. »

  • Pour les matières utilisées, nous pensons qu’un des enjeux clés est la réhabilitation. Une de nos filiales, Histoire et patrimoine, s’y consacre d’ailleurs. Cela ne nous empêche de proposer des constructions bas carbone mais nous portons une vraie conviction que réhabiliter l’existant et construire la ville sur la ville – en pensant la réversibilité et l’allongement de la durée de vie des bâtiments – c’est l’avenir du renouvellement urbain. L’économie de ressources passe aussi par des bâtiments mieux employés (intensité d’usage) et qui ne deviennent pas obsolètes. Nous travaillons ainsi sur des bâtiments qui permettent plusieurs usages, du bureau et un autre usage, comme du commerce pour plus de 80% de notre immobilier d’entreprise, qui peuvent muter et qui s’adapteront aux technologies du futur. Le label Ready2services est un de nos outils pour nos bâtiments de bureaux par exemple.
  • Concernant l’énergie consommée par les utilisateurs de nos immeubles, nous travaillons à la fois sur une logique de surperformance et d’anticipation de la réglementation mais nous croyons également à un travail sur le comportement des utilisateurs. Le nudge est un outil que nous regardons de près pour faire évoluer les comportements en douceur.

Green Soluce : Altarea Cogedim a la volonté d’inscrire la RSE – dans ses aspects environnementaux et sociaux – dans sa stratégie et son modèle d’affaire [Brochure RSE, mai 2017], comment cela se traduit-il ?

Eléonore Devaud : Comme nous développons beaucoup de projets mixtes, nous avons un vrai enjeu de diversification de l’offre commerciale en incluant des acteurs qui ne sont pas seulement les grandes enseignes. Pour cela, nous avons créé un nouveau modèle de foncière commerciale solidaire, appelée SoCo. Lancée en décembre 2018, c’est une foncière qui permet à des entreprises relevant de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) d’accéder à des emplacements commerciaux au cœur des métropoles. Ce sera déployé sur un premier projet dans le 13ème arrondissement de Paris avant 2021.

Au-delà de l’impact social positif, c’est une assurance pour les élus des collectivités que notre promesse faite en tant que promoteur soit pérenne dans le temps grâce à notre lien avec cette nouvelle foncière. Cela peut être fondamental pour des projets en lien avec l’associatif, le sport, l’art ou la culture par exemple.

Green Soluce : Et sur le volet environnemental ?

Eléonore Devaud : Sur la partie environnementale, et notamment car sur la partie logement les clients sont malheureusement encore souvent peu sensibles à ces sujets, notre porte d’entrée c’est la certification : 100% de nos bureaux sont HQE et BREEAM, 100% de nos commerces sont BREEAM et 100% de nos logements sont NF Habitat. De plus, nous souhaitons être à l’avant-garde des nouvelles certifications. Par exemple, nous nous sommes tout de suite appropriés le label BiodiverCity sur l’intégration de la biodiversité dans les projets immobiliers, et nous avons obtenu la première labellisation mondiale d’un centre commercial avec le projet Cap 3000 à Nice !

Green Soluce : En ce début d’année, quel bilan faites-vous de la concrétisation de vos actions RSE dans vos projets en 2018 et quelles sont vos ambitions pour 2019 ?

Eléonore Devaud : Plutôt que de juger de la réussite de l’atteinte de nos engagements, ce qui est intéressant c’est de voir comment la RSE s’infuse dans tous les métiers du Groupe et ça c’est une vraie réussite Cela concerne à la fois les métiers de l’immobilier mais aussi les fonctions transverses comme les achats par exemple.

La labellisation BiodiverCity de Cap 3000 nous a également permis de concrétiser des approches innovantes sur l’enjeu de la nature en ville et cela a inspiré de nombreux autres projets, ce fut un véritable outil de sensibilisation ! D’ailleurs, sur l’enjeu du bien-être et de la santé, nous avons beaucoup recours à la certification WELL sur les opérations de bureau, ce qui crée des exemples intéressants, mais sur le logement nous pouvons manquer d’outils et ce n’est pas évident pour embarquer les équipes.

Enfin, cela fait deux ans de suite que nous sommes classés à la première place des sociétés cotées en France par le GRESB [Global Real Estate Sustainability Benchmark, NDLR] pour notre performance RSE, nous en sommes particulièrement fiers.

Green Soluce : Quels sont les sujets que vous souhaitez porter sur les années à venir ?

Eléonore Devaud : Tout d’abord, notre métier est de ne jamais rien lâcher sur tous les sujets : la qualité de vie en ville, le climat, l’économie circulaire, l’énergie… et nous devons continuellement accompagner et former les équipes. Particulièrement pour l’année à venir, nous souhaitons nous concentrer sur l’adaptation au changement climatique : notre rôle est de fournir des solutions pour que l’on puisse se sentir bien en ville et en sécurité quels que soient les aléas climatiques malgré un climat qui se réchauffe. Enfin, nous sommes en train de déployer des entreprises de l’ESS dans nos centres commerciaux et nous sommes en pleine structuration d’une démarche achats responsables.

 

Propos reccueillis par Ella Etienne et Constance Flachaire pour Chroniques Urbaines™

Pour plus d’informations sur l’immobilier et la ville agile de demain, prenez contact avec Green Soluce et découvrez nos offres de services ici.

Green SoluceEntretien exclusif avec Eléonore Devaud, Directrice RSE d’Altarea Cogedim
Share this post

Les Chroniques Urbaines™

Recevez vite toutes les parutions des Chroniques Urbaines™ !

Vous êtes désormais abonné(e) aux Chroniques Urbaines™